retraités force ouvrière de vaucluse udr-fo de vaucluse retraités fo de vaucluse retraités vaucluse FO retraités vaucluse

Communiqué de presse – Avignon, le 27 mars 2020

EHPAD : UNE TRAGEDIE A HUIS CLOS
PAR MANQUE DE MOYENS

Les applaudissements en signe de solidarité et d’encouragement de la population envers les soignants sont salvateurs et bienvenus, d’autant plus que l’horrible quotidien en Ehpad éclate au grand jour.

L’Union Départementale des Retraités et pré-retraités FO de Vaucluse tire la sonnette d’alarme sur la situation dramatique des personnels (soignants et non soignants) et des personnes dépendantes en Ehpad ou en résidences seniors.

Elle dénonce depuis des années les manques de moyens, à la fois humains, matériels et d’investissements affectés aux Ehpad.

Elle constate qu’en période de crise de Coronavirus, l’absence de considération de nos gouvernants envers les agents et résidents se démontre une fois de plus.

La prise de décision de suspendre les visites en Ehpad n’avait de sens et d’effet protecteur qu’à partir du moment où les personnels disposaient de moyens de protection basique comme les masques, lunettes, casaques…

L’UDR-FO apporte tout son soutien aux personnels soignants qui bien qu’en nombre insuffisant et submergés tentent de sauver des résidents confinés dans leur chambre.

Comme le souligne le journal Le Monde (…) derrière les portes closes, à l’abri des regards des familles interdites de visite, se joue une tragédie à huis clos dans les quelques centaines d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en France où le coronavirus a réussi à s’infiltrer. La guerre d’usure contre le Covid-19 ne fait que commencer dans les maisons de retraite.

L’UDR-FO de Vaucluse exige que les Ehpad disposent des moyens humains et matériels suffisants pour répondre à tous leurs besoins y compris ceux relatifs à la protection contre le Covid- 19 et, pour les résidents afin de pallier à la présence des proches dont ils sont privés, la mise en place de rendez-vous téléphoniques ou vidéo-conférences réguliers avec les familles.

L’UDR-FO de Vaucluse réitère sa demande adressée à M. le Préfet le 23 mars de déclencher, conformément à la loi du 30 juin 2004, le Plan d’Alerte et d’Urgence afin de charger les maires de mettre en oeuvre le dispositif d'assistance aux personnes âgées et aux personnes handicapées isolées.


Contact UDR – FO
Jacques Fassié  06 31 08 95 10

Nonobstant la crise sanitaire et

le confinement des personnes,

les revendications de l’UCR-FO  demeurent !

Dans le contexte créé par la crise sanitaire grave à laquelle toute la population est confrontée, le bureau national de l’Union Confédérale des Retraités–Force Ouvrière réuni le 25 mars 2020 par téléconférence, déclare que les retraités de l’UCR-FO ne sont pas résignés et continuent à agir pour la satisfaction des revendications des retraité-e-s et des personnels soignants qui en ont la charge.

Cette crise sanitaire met au grand jour les dangers des politiques budgétaires d’austérité menées depuis plusieurs années qui, associées à l’insuffisance des politiques de prévention, ont conduit à trop de fermetures de services hospitaliers et de 100.000 lits en 20 ans. Celles-ci ont aussi amené à des déserts médicaux, à des manques criants de matériels de réanimation, de masques, de tests du codiv 19 et de personnels.

Les risques majeurs de pandémie du Coronavirus (COVID-19) nécessitent de prendre impérativement toutes les mesures indispensables à son endiguement et le bureau de l’UCR-FO entend réaffirmer le rôle primordial des services publics et leur accessibilité pour tous. Leur maintien, leur renforcement et leur déploiement s’avèrent indispensables.

Le bureau de l’UCR-FO appelle les pouvoirs publics à mettre en œuvre tous les moyens indispensables à la protection de la santé et de la sécurité de tous et en particulier des retraités et personnes âgées qui sont physiologiquement les plus exposés et les plus fragiles, surtout lorsqu’ils sont en situation de polypathologie.

Il demande au gouvernement, conformément à la loi du 30 juin 2004 relative à la solidarité et à l’autonomie des personnes âgées et personnes handicapées, d’ordonner aux préfets l’instauration d’un Plan d’Alerte et d’Urgence qui confie aux Maires la mission de recenser les personnes âgées et les personnes handicapées vivant à domicile qui en font la demande.

Le bureau de l’UCR-FO tire la sonnette d’alarme sur la situation dramatique des personnes dépendantes en Ehpad ou en résidences seniors.

Les personnels soignants en nombre insuffisant sont submergés et  tentent de sauver des résidents confinés dans leur chambre. Comme le souligne le journal Le Monde « (…) derrière les portes closes, à l’abri des regards des familles interdites de visite, se joue une tragédie à huis clos dans les quelques centaines d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en France où le coronavirus a réussi à s’infiltrer. La guerre d’usure contre le Covid-19 ne fait que commencer dans les maisons de retraite. »

Celles-ci subissent les mesures les plus drastiques avec l’interdiction de visites de leurs proches ou d’accueil de nouveaux résidents. Le bureau de l’UCR-FO exige le renforcement des personnels pour répondre à tous leurs besoins et, pour pallier l’aide et la présence des proches dont ils sont privés, la mise en place de rendez-vous téléphoniques ou vidéo-conférences réguliers avec les familles.

Il demande au gouvernement de mettre à disposition des Ehpad et des services d’aides à domicile non seulement les moyens matériels (en masques, gel hydroalcoolique, tenues vestimentaires de protection…) pour la sécurité des personnels, mais aussi des professionnels additionnels pour que le pire puisse être évité dans ce secteur déjà sous tension en raison d’un fonctionnement en sous-effectif et de conditions de travail dégradées depuis de nombreuses années.

Le bureau de l’UCR-FO tient à rendre hommage à l’engagement des agents des services publics comme ceux de la réserve sanitaire et de l’ensemble des salariés qui poursuivent leur activité, qu’ils soient professionnels de santé, qu’ils participent à la continuité de l’approvisionnement des biens de consommation et des services.

Il tient à souligner le rôle majeur de nos systèmes de protection sociale collective, égalitaire, solidaire et la nécessité de les maintenir et les renforcer comme nos différents régimes de retraite et les dispositions qui les caractérisent. Avec la Sécurité sociale de 1945, ils constituent un rempart contre, l’insécurité sociale, sanitaire et financière qui forme le terreau des menaces sur la démocratie et la République.

Il s’inquiète des dispositions contenues dans la loi relative à l’urgence sanitaire qui permettent au Président de la République et à son gouvernement de légiférer par ordonnance et font craindre une remise en cause des libertés publiques et individuelles ainsi que des garanties légales et conventionnelles en matière de droit du travail.

L’UCR-FO réitère ses revendications pour l’amélioration de l’accès aux soins de santé, la revalorisation de toutes les retraites et pensions sur l’évolution des salaires, la prise en charge et le financement de la perte d’autonomie par la Sécurité sociale dans le cadre de l’assurance-maladie et demande, avec la confédération Force Ouvrière, le retrait du projet de loi relatif au système universel de retraite par points.

Le bureau de l’UCR-FO appelle toutes ses structures, les Unions Départementales de Retraités, les sections fédérales de retraités, les associations de retraités, les membres des CDCA (conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie) à se mobiliser en utilisant les moyens techniques de télécommunications, pour examiner tous les points de difficultés auxquels sont confrontés les retraités et personnes âgées, les faire remonter et demander à ce que des solutions soient apportées.

 

Contacts :                                                                                        Paris, le 25 mars 2020

Michel  BEAUGAS : 01 40 52 84 05

Didier HOTTE : 06 15 26 68 92

NOUVELLE ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE

 

Télécharger la nouvelle attestation

ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE

 

En application de l’article 3 du décret du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
Pursuant to article 3 of the decree of March 23rd 2020 prescribing rules necessary in the fight against the spread of the Covid-19 virus

 

Je soussigné(e) / ) I hereby sign,,

Mme/M. / Mrs/M.:

Né(e) le / Date of birth :

À / At:

Demeurant / Current home address :

 

certifie que mon déplacement est lié au motif suivant (cocher la case) autorisé par l’article 3 du décret du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire[1] :

certify that my travel matches one of the following reasons (check which apply):

 

[ ] Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés[2] / Travel between my home and my work, when remote work isn’t an option (you’ll also have to fill the work travel document) or work travels can’t be canceled.

 

[ ] Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité[3] dans des établissements dont les activités demeurent autorisées (liste sur gouvernement.fr) / travel to purchase essential goods within the nearest authorized facilities (list available at gouvernement.fr).

 

[ ] Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ; consultations et soins des patients atteints d'une affection de longue durée / travels for medical consultations that can’t be done remotely.

 

[ ] Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants / Travels for family reasons, to assist vulnerable individuals, or for child care.

 

[ ] Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie / short travels, close to home, for individual physical activity (excluding group sports or proximity with other individuals), or for walking pets.

 

[ ] Convocation judiciaire ou administrative / judicial or administrative summons.

 

[ ] Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative / participation to general interest missions commissionned by an administrative authority.

 

 

Fait à / City :

Le / Date:                               à / at           h

(Date et heure de début de sortie à mentionner obligatoirement/ mandatory day and time of your travel)

 

Signature :

 

[1] Les personnes souhaitant bénéficier de l'une de ces exceptions doivent se munir s’il y a lieu, lors de leurs déplacements hors de leur domicile, d'un document leur permettant de justifier que le déplacement considéré entre dans le champ de l'une de ces exceptions / Anyone wanting to benefit from one of these exceptions above must carry a proof or supporting document.

[2] A utiliser par les travailleurs non-salariés, lorsqu’ils ne peuvent disposer d’un justificatif de déplacement établi par leur employeur / to be used by self-employed workers if they can’t produce an employeur proof.

[3] Y compris les acquisitions à titre gratuit (distribution de denrées alimentaires…) et les déplacements liés à la perception de prestations sociales et au retrait d’espèces / including distribution of free food, or taking out cash.

 

 

PRENEZ SOIN DE VOUS

RESTEZ À LA MAISON

 

CORONAVIRUS : LES RETRAITES FO DEMANDENT LE DECLENCHEMENT DU PLAN D'ALERTE ET D'URGENCE

 

 


Union Départementale des Retraités et pré-retraités
Force Ouvrière de Vaucluse


20 avenue Monclar BP 10 - 84004 Avignon cedex 01  mail : udrfo84@yahoo.fr    

                

                                                                                            Avignon, le 23 mars 2020

Monsieur le Préfet,

La cgt-FO, comme l’UDR-FO de Vaucluse, dénonce et combat les politiques libérales conduites par les divers gouvernements aux affaires depuis 1983.

Aujourd’hui, il apparaît que des slogans servant de cap économique comme, au hasard, « faire plus avec moins » sont destructeurs tant pour l’emploi que pour la société : fermeture des services publics, des maternités, des hôpitaux, délabrement de l’hôpital public, des gendarmeries, des routes, remise en cause du statut de fonctionnaire, instauration du numerus clausus pour diminuer l’offre de soins et contrôler les dépenses, loi portant « nouvelle organisation territoriale de la République » transférant de nombreuses missions de l’Etat aux régions etc…

Les faits démontrent que nous avons raison d’affirmer que la logique d’austérité est suicidaire socialement, économiquement et démocratiquement.

Cette austérité est imposée par quelques technocrates comptables plus soucieux de respecter le critère du déficit public qui ne doit pas dépasser 3% du PIB plutôt que de veiller à l’intérêt général. Il apparaît clairement, aujourd’hui, que les mathématiques privent les services hospitaliers, les pompiers, la police, les personnels des services à la personne, etc… des masques et autres protections indispensables à leurs missions.

Ce constat fait, l’UDR-FO de Vaucluse, considérant que le confinement va durer plus longtemps qu’annoncé, vous saisit afin qu’une organisation soit mise en place dans notre département pour protéger les populations vulnérables et dans le même temps réclame l’équipement de protection individuelle et des mesures de prévention pour les travailleurs de santé, les premiers intervenants, les personnels des EHPAD, des services à la personne, la police : gants, masques chirurgicaux, FFP2 et FFP3, écrans faciaux, lunettes de protection, blouses d’isolement, combinaisons, gel hydro alcoolique.

L’UDR-FO de Vaucluse, conformément à la loi n°2004-626 du 30 juin 2004, vous demande expressément de mettre en place le plan d’alerte et d’urgence au profit des personnes âgées et des personnes handicapées. Plan devant être activé en cas de risques exceptionnels. Nous insistons pour que ce plan prenne également en compte la situation des personnes les plus vulnérables du fait de leur isolement ainsi que les sans domicile fixe.

Pour ce plan, arrêté par le Préfet et par le Président du Conseil Départemental nous souhaitons, pour les populations concernées :

  • qu’il leur soit demandé leurs besoins particuliers,
  • qu’il leur soit rappelé les gestes barrières,
  • qu’ils soient invités à être vigilants dans leur confinement,
  • qu’il leur soit communiqué un numéro de téléphone non surtaxé à appeler en cas d’urgence,
  • qu’il leur soit proposé le portage à domicile des repas et/ou des médicaments.

Nous insistons également pour qu’ils aient un interlocuteur chargé de s’assurer de la continuité des soins dont ils ont éventuellement besoin.

Pour ce qui est des résidents en EHPAD, afin de briser tant soit peu l’isolement lié au confinement, nous réclamons qu’une communication visio soit mise en place afin qu’ils aient un contact visuel avec leur famille ou amis.

L’UDR-FO de Vaucluse attire votre attention sur le confinement. Nous pensons que ce n’est pas anodin de rester cloitré chez soi. Nous comprenons la mesure et ne la remettons pas en cause. Pour autant nous craignons qu’elle ait des effets psychologiques, des angoisses, des inquiétudes. C’est pourquoi, dans le cadre du plan d’alerte et d’urgence, nous souhaitons que les intervenants s’assurent que les personnes concernées ne manifestent pas d’effets psychologiques liés à leur isolement et si elles en ont qu’ils prennent les dispositions nécessaires pour qu’elles soient accompagnées.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de nos respectueuses salutations

 

                                                                           

 

      La Secrétaire                Le Vice Président       Le Président
     Laure LAMBERTIN            Serge OLLIER        Jacques FASSIÉ

 

 

 

 

 

 

 

RETRAITE : le gouvernement suspend la réforme

 

Lundi 16 mars au soir, dans son adresse aux Français consacrée à la lutte contre l’épidémie du Coronavirus, le président de la République a annoncé que « toutes les réformes seraient suspendues, à commencer par celles des retraites ».

Une décision que la confédération FO et les autres organisations syndicales revendiquant l’abandon du projet universel de retraite par points avaient une nouvelle fois appelée de leur vœux quelques heures avant l’allocution présidentielle. FO s’est donc félicitée que, « dans ce contexte, la sagesse et la raison l’emportent ». Deux semaines après l’annonce du recours au 49.3 pour tenter d’imposer le projet de régime universel de retraite par points, l’épidémie du Coronavirus a en effet rebattu les cartes, même si la partie n’est pas finie…

« Nous sommes en guerre. Toute l’action du gouvernement et du Parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l’épidémie. De jour comme de nuit, rien ne doit nous en divertir. C’est pourquoi, j’ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues, à commencer par la réforme des retraites. », a déclaré Emmanuel Macron, lundi 16 mars au soir.

La confédération FO a immédiatement réagi par communiqué, se félicitant que « dans ce contexte, l’apaisement et la sagesse l’emportent avec l’annonce de la suspension des réformes en cours, dont celle des retraites après le report ce matin de celle de l’assurance chômage » et rappelant qu’elle avait, « avec l’intersyndicale, elle-même pris l’initiative de reporter les mobilisations à ce sujet. »

Faire primer la santé des Français sur tout le reste

C’est en effet dans un communiqué diffusé quelques heures avant l’allocution du président de la République, que les organisations opposées à la réforme des retraites avaient une nouvelle fois appelé à la suspension du processus législatif, demandant au gouvernement de « de prendre la mesure de la crise actuelle et de prendre en considération l’exigence de renforcement de notre système de Sécurité sociale dont les retraites sont une partie essentielle. »

Elles annonçaient dans le même temps qu’elles reportaient leur propre conférence sur le financement des retraites et la grève interprofessionnelle en cours de préparation pour le 31 mars.

L’intersyndicale soulignait qu’elle « n’en demeurait pas moins mobilisée et convaincue de la nécessité d’obtenir le retrait du projet du gouvernement et l’ouverture de négociations permettant d’améliorer les droits à la retraite dans le cadre du système actuel. »

Interrogé le 17 au matin par l’AFP, Michel Beaugas confédéral chargé du secteur de l’emploi et des retraites a déclaré : « On sait bien que ce report n’a pas été décidé pour nous faire plaisir, que c’est pour donner du temps au Parlement. Mais on se satisfait de cette suspension, c’est logique. La question actuellement c’est d’être en responsabilité et de faire primer la santé des Français sur tout le reste. »

Un premier pas dans la bonne direction

De fait, si l’épidémie du coronavirus a rebattu les cartes, cela ne signifie pas pour autant que la partie est terminée. « La suspension n’est pas le retrait », constate la Fédération FO de l’enseignement, de la culture et de la formation professionnelle.

« Le président de la République annonce la suspension des réformes en cours, notamment celle des retraites, et l’on peut s’en féliciter, l’heure n’est pas au démembrement de la république sociale et à la polémique », explique la fédération FO des services publics et de santé.

Son union nationale des syndicats de la santé privée souligne : « La suspension de la réforme des retraites est un premier recul, mais les salariés ne se satisferont pas d’un simple gel de la loi. Cette réforme est injuste, elle touchera de plein fouet ceux qui aujourd’hui se battent au péril de leur propre santé et de celles de leurs proches contre cette pandémie. »

Les chèques énergie vont être envoyés

Les chèques énergie vont être envoyés entre le 27 mars et le 29 avril 2020 selon un calendrier par département publié fin février 2020. Aide nominative au paiement des factures d’énergie du logement et attribué sous conditions de ressources, le chèque énergie est envoyé automatiquement par courrier au domicile du bénéficiaire, à la dernière adresse connue par l’administration fiscale.

Son montant, calculé en fonction du revenu fiscal de référence (RFR) et de la consommation du ménage, s’étage entre 48 € et 277 € par an. Les ménages éligibles sont ceux dont le RFR par unité de consommation (une personne constitue 1 unité, la deuxième 0,5 et chaque personne supplémentaire 0,3) est inférieur à 10 700 €. Le chèque énergie n’est valable que jusqu’au 31 mars de l’année suivant sa date d’émission (la date de validité est inscrite dessus).

Les chèques énergie ont remplacé, le 1er janvier 2018, les tarifs sociaux actuels de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS), selon la loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte de 2015. Cette suppression a entraîné celle de l’automaticité des droits associés jusqu’alors à ces tarifs sociaux. Ces droits ont été subordonnés à l’accomplissement d’un certain nombre de démarches administratives… Nimbé d’une volonté de lutter contre le non-recours, les chèques énergie sont certes envoyés automatiquement mais leur utilisation reste difficilement compréhensible. Résultat : seuls 75,33 % des bénéficiaires du chèque énergie s’en étaient servi au cours de l’année 2018 et du premier trimestre 2019, soit 900 000 bénéficiaires n’en ayant pas profité, selon la Cour des comptes. Un défaut de communication qui avait pourtant été souligné dès l’expérimentation réalisée en 2016 dans quatre départements (Ardèche, Aveyron, Côtes-d’Armor et Pas-de-Calais). En même temps, le nombre d’interventions pour impayés a augmenté de 4,2 % en 2018 par rapport à 2017 (4,9% pour l’électricité et 0,8 % pour le gaz) soit 572 440 interventions contre 549 387 en 2017, selon les chiffres du médiateur national de l’énergie présentés en mars 2019.

 Voir en ligne  : Calendrier d’envoi des premiers chèques énergie 2020 en fonction du département

 

 

Retraites : FO vous répond

Vous vous posez des questions sur votre retraite, FO y répond.

I. Décryptage

Adapter les retraites à la précarité ou en finir avec la précarité ?

« La comptabilisation en points permettra également de renforcer l’équité du système. Les règles de calcul fondées sur le salaire de référence, notamment la prise en compte des 25 meilleures années au régime général des salariés, défavorisent les carrières courtes, heurtées et peu ascendantes ».

Le système actuel est fondé sur des droits résultant de la contribution de chacun. La pension est ainsi calculée dans le régime général : (Revenu mensuel moyen sur les 25 meilleures années) x Taux (entre 37,5 et 50%) x (durée de cotisation/durée minimum requise). Il est vrai par conséquent que le (plus souvent la) salarié(e) qui n’a pas rempli les conditions du taux plein (62 ans et 166 trimestres aujourd’hui) subi une décote. Il perçoit une pension calculée sur un taux minoré (<50%) et au prorata de la durée de cotisation rapportée à la durée requise. La phrase du rapport est donc juste : les carrières courtes, heurtées et peu ascendantes, qui ne permettent pas d’atteindre le taux plein, sont donc défavorisées par rapport aux carrières pleines et ascendantes (travail à temps plein dont la rémunération progresse tout au long de la carrière).

Mais le régime unique par points n’améliore en rien la situation de ces carrières courtes, heurtées et peu ascendantes puisqu’il faudra acheter des points durant les périodes heurtées avec une cotisation et donc un nombre de points acquis ne progressant pas, du fait d’un salaire ne progressant pas lui-même. En outre, on n’achètera pas plus de points durant les périodes inactives. Par contre, le régime unique par points dégradera les droits acquis des carrières pleines et ascendantes puisque la pension ne sera plus calculée sur les meilleures années (les 25 dernières dans ce cas) !

L’équité en l’occurrence se traduirait par un alignement vers le bas !

La question essentielle est donc non pas de pénaliser la situation qui devrait être la norme – un vrai travail à temps plein en progression tout au long de la vie active – mais de faire en sorte que les politiques économiques et les entreprises garantissent que tout un chacun puisse en bénéficier, ce qui au demeurant améliorerait les recettes et donc l’équilibre des régimes de retraites.

Retour au début de la FAQ

⇒  Retraite, confiance et jeunes générations
⇒  « C’est de la pipe »

 

II. Questions - Réponses

⇒ Un régime universel par points quésako ?

⇒ Un système universel ou un régime unique ?

 Les partenaires sociaux auront voix au chapitre ?

⇒ Un système plus simple ?

⇒ Avec les points on valide ses droits dès la première heure travaillée : attention !

⇒ Un euro cotisé donnera les mêmes droits ?

 Quelle sera la valeur du point ?

 En quoi l’âge pivot diffère-t-il de l’âge légal ?

⇒ L’espérance de vie tend à augmenter, alors pourquoi ne pas travailler plus longtemps ?

⇒ La retraite minimum à 1000 euros : qui pourra en bénéficier ?

 Le régime par points va-t-il mieux préserver le niveau de vie des retraités ?

⇒ Les femmes, gagnantes ou perdantes ?

⇒ Comment la pénibilité est prise en compte dans le régime unique ?

⇒ Le nouveau système ouvre-t-il la porte aux fonds de pension ?

 Que deviendraient les pensions de réversion dans le nouveau système ?

 

Que contient la réforme des retraites voulue par le gouvernement ?

 PHILIPPE PIHET

Que contient la réforme des retraites voulue par le gouvernement ? par Force Ouvrière

Qu’est ce que la retraite par points ? Quel sera le montant de votre pension ? Philippe Pihet, secrétaire confédéral du secteur Retraites de FO fait le point sur la contre-réforme voulue par le gouvernement

 

Quand Macron promettait de "préserver le niveau de vie des retraités"

Date de dernière mise à jour : 02/04/2020